lundi 21 janvier 2019

Le petit singe


Depuis que nous sommes ensemble, il n'y a pas eu un seul soir où tu n’aies pas sollicité un câlin.

Depuis 5 mois, je n'ai pas eu un début de soirée à moi, cet instant est pour toi,  j'avoue que j'en profite parce que je me doute que ça va pas durer jusqu'à la saint Glinglin! Je redoute le jour où tu vas me demander de te laisser toute seule après un petit baiser sur la joue. Mais au moins j'aurai eu la chance de partager ces moments avec toi.

Je me dis que tous ces mois de bisous dans le cou, de portage de mon petit singe accroché à mon cou ou en sac à patates sur les épaules de son papa,  de ta chambre à la salle de bain puis de la salle de bain aux toilettes, puis à ton lit sont des cadeaux inespérés.
 Je ne m'attendais pas à avoir un gros bébé qui gazouille le soir, "giriii" , quand je la dépose sur son lit en lui faisant un bisou dans le cou. Qui m'attrape les cheveux , les joues ou le nez pour me les tordre, qui me fout des bafettes comme un enfant de quelques mois. Qui aime que je l'enveloppe dans l'une de mes écharpes, qui me donne l'ordre de lui grattouiller le dos puis les cheveux. Qui aime que je la prenne et la berce dans mes bras.
 Bref une enfant qui régresse et accepte l'amour que l'on lui donne, et le rend à sa manière.

jeudi 10 janvier 2019

l'école


Il faut se faire une raison, je ne connaitrais probablement jamais la sensation de laisser mon enfant déchirée par l'ambivalence de se dire " mais oui , tu es mon gros bébé à moi" et " maman te laisse, mais c'est pour ton bien".
Non, parce que toi, pour ton premier jour d'école et ceux qui ont suivi cette semaine, tu y es allée le sourire aux lèvres, sans trainer des pieds, en me demandant de vite enfiler mon manteau, en m'exhortant d'un"allez, on y va!" quand je ne mettais pas la clef de contact assez rapidement dans la voiture. Pas une larme, pas un soupir, pas de pieds qui traînent . Tu n'étais même pas inquiète de ne pas me voir arriver à 16H15 quand je me suis plantée d'heure le premier jour, mais le sourire qui a éclairé ton visage m'a réchauffé le cœur. Tu étais fière de me montrer ce que tu avais écrit sur ton ardoise.



Ce matin ,j'y ai cru en te disant que je ne t'accompagnais pas à la patinoire (car il y avait assez de parents d'élèves disponibles) , tu as eu l'air d'être déçue, et puis tu as dodeliné de la tête avec un grand sourire: "mais c'est pas grrrave" comme pour me rassurer. Du coup, j’y suis allée quand même à la patinoire, me prendre un petit shoot de bonheur à te voir sourire en me voyant!




mercredi 2 janvier 2019

2019

En 2019 il y aura plein de premières fois:
- te glisser sous la table pour décider à qui va la part de galette, et mettre ta première couronne des rois sur ta tête,
- faire ta rentrée à l’école et t’y faire des amis,
- faire du patin à glace comme dans la Reine des Neiges
- manger des crêpes à la chandeleur
- prendre ton premier cours de natation bien que tu nages déjà comme Isla
- faire tes premières couettes et ta première queue de cheval, 
- aller à la montagne te rouler dans la neige, y faire du ski , de la luge, une bataille de boule de neige et un bonhomme de Neige , sans oublier la carotte pour le nez, les branches pour les bras et les cailloux pour les boutons , le petit frère d’Olaf quoi!
- fêter Holy, la fête des couleurs avec papa et maman ,
- lire ton premier livre en français toute seule, 
- aller en vacances chez Nanie, et Dada et Dadie , rencontrer tes tontons et tata , et tes cousins,
- te déguiser pour le carnaval,
- aller à l’Eglise pour assister à une messe ,
- savoir lire l’heure et mettre une jolie montre - rose- à ton poignet, 
- entendre les cloches passer et ramasser les œufs dans le jardin,
- aller au rassemblement EDE et y retrouver ton amie Lali, 
- participer à la fête de l’école et au gala de danse et de cirque,
- gonfler ta bouée licorne géante et nager dans notre piscine ,
- planter des fleurs dans le jardin et des tomates dans le potager, les regarder pousser avant de les manger , 
- nager dans l’eau salée de la mer, faire des châteaux de sable, chercher des crabes à marée basse, essayer de glisser sur les vagues, t’allonger sur le sable chaud et te faire dorer au soleil,
- prendre le bateau à Hendaye pour aller manger des tapas en Espagne
- fêter l’anniversaire de maman et assister aux feux d’artifices du 14 juillet
- revêtir ta tenue des fêtes et aller à la journée des enfants des fêtes de Bayonne ,
- fêter l’anniversaire  du jour où nous nous sommes rencontrés, et aussi celui où tu es devenue officiellement notre fille,
- faire un goûter d’anniversaire avec tes amis à la maison pour fêter tes 9 ans
- aller chez le coiffeur pour la rentrée des classes,
- t’acheter un joli cartable qui te plaît,
- organiser une soirée pyjama à la maison avec tes amies,
- monter sur la Tour Eiffel et aller à Disneyworld,
- creuser un potiron et fêter Halloween
- fêter Diwali en France et faire péter des feux d’articifice Dans le jardin
- et fêter ton arrivée en France!

Ça en fait des premières fois, et j’ai du en oublier! Il y aura sûrement aussi des premières fois pas très agréables. Mais je peux t’assurer d’une chose: nous serons à tes côtés comme nous le faisons depuis 5 mois pour que tu en profites à maximum.

Bonne annnée 2019 ma puce!






samedi 29 décembre 2018

Le renne du Père Noël

Je ne sais pas si tu y croiras encore l’an prochain, je suis même quasi certaine que non car tu auras partagé pas mal de temps avec des enfants plus âgés que toi dans ta classe à l’école.
Mais je dois dire que rien ne m’a fait plus plaisir de voir que la première chose que tu as remarqué en te levant ce 25 décembre c’est que le Pére Noêl avait bu le verre de vin et que son renne avait mangé la carotte et bu l’eau que nous leur avions préparée la veille au soir.
Quel plaisir de partager avec toi la magie de Noël tout au long du mois de Décembre,  de te voir ouvrir les cases de ton calendrier de l’avent, non pas pour en manger les chocolats mais pour compter chaque matin le nombre de nuits avant l’arrivée du Père Noêl. Il faut dire que tu étais bien déçue de constater le 02 Décembre au matin qu’il n’était pas passé cette nuit là alors que le sapin était tout décoré dans le salon!
J’ai bien cru que c’etait foutu quand tu as croisé le Père Noël du marché de Noêl et que tu m’as dit : »lest pas un Père Noël, l’est un Monsieur, pas vraie barbe » mais devant mon insistance à vouloir te dire que c’était le Père Noel, tu m’as assuré: « lui pas le Père Noël, lui c’est un monsieur , Père Noêl vraie barbe ».
Voilà Noël est passé, tu as reçu bien trop de cadeaux mais il était difficile de te priver de ce plaisir innocent et enfantin. Tu es quand même très perplexe sur ce Père Noël qui t’a amené autant de cadeaux cette année alors qu’il n’avait jamais pensé à s’arrêter au shishu sadan. Mais tu sais déjà ce que tu vas demander à Noël l’an prochain: un habit de la Reine des glaces ( qui était pourtant dans ta lettre au Père Noel alors qu’il t’a amené des jouets que tu n’avais pas demandés) et un chat. Le chat , tu veux le demander au Père Noêl parce que ton papa , lui, veut un chien!


mardi 4 décembre 2018

A bicylette!

Ton papa y tenait: il voulait que ce soit ton dada, grand cycliste chevronné, qui t'aide à choisir ton vélo. Le choix a été rapide: il en fallait un à ta taille, avec du rose dedans et bien sûr le casque rose pour l'esprit girly. Un petit quart d'heure de vélo dans la rue calme de notre maison pour te familiariser avec ta nouvelle monture et tu étais prête à pédaler en compagnie de dada sur les pistes d'Hossegor!
C'est donc à bicyclette que vous êtes partis tous les deux vers le restaurant où il était prévu  que nous mangions. J'avais émis une objection: la petite descente vers le canal t'était interdite, tu ne maitrisais pas assez la bête et je n'étais pas sûre que tu écouterais les conseils de sécurité de ton grand-père pour t'éviter d'aller piquer une tête dans le canal , car quand tu as une idée en tête, impossible de te faire changer d'avis. D'ailleurs il a eu un mal de chien à te convaincre que tu ne pouvais pas faire de vélo sur la plage.
Il m'a trouvé bien timorée, sûrement un peu trop mais ça n'a pas duré longtemps:  au retour du restaurant , vous avez donc emprunté la piste dans l'autre sens. Arrivé à l'appartement, ton grand-père s'est rendu compte que tu ne le suivais plus. En fait, tu n'avais pas compris que nous arrivions en voiture et tu étais repartie en arrière pour nous chercher sans le prévenir! une fois qu'il t'a rattrapée,  tu ne voulais pas rentrer, refusant de faire demi-tour. Tu es revenue au restaurant, tu as pu constater que nous n'y étions plus et tu as enfin accepté de rentrer!
"Ce n'est pas la moitié d'une bourrique " m'a t'il dit.
Le vélo a été rangé, tu as foulé le sable de la plage et fait ton premier bain de pieds avec tes chaussures avant de t'attaquer au premier château de sable.Bien sûr tu étais trempée et frigorifiée mais tu étais ravie de ton après-midi en compagnie de tes grand-parents.






lundi 3 décembre 2018

on rentre à la maison!

Bien sûr nous t'avions préparé à ce grand voyage:tu parlais régulièrement à nos proches en appel video, te familiarisant avec leurs visages et   nous t'avions montré des photos et des vidéos de la maison.
Mais je ne te cache pas que nous avons été surpris de la facilité avec laquelle tu es rentrée dans ta nouvelle vie!
Tu étais radieuse à l'aéroport, la banane jusqu'aux oreilles et curieuse de tout.
Malgré l'heure tardive du vol et la fatigue qui s'est imposée dans la soirée, pas une difficulté, pas un caprice, pas une bouderie. Tu profitais de chaque instant en notre compagnie, gambadant sur les tapis roulants entre les passagers et t'amusant de tout.
Une fois confortablement installée dans l'avion ( et vive  le vol en business pris faute de places disponibles au dernier moment pour 3 dans les autres catégories ) tu as profité de ton écran de TV au maximum avant de t'enfoncer dans le sommeil quasiment jusqu'à l'arrivée à Paris. il n'y a que moi qui n'ait pas vraiment profité de cet espace en bussiness, je me suis inquiétée  toute la nuit que tu te réveilles avec l'envie d'aller aux toilettes, que tu détaches ta ceinture malgré les turbulences qui secouaient l'avion ( double raison de m'inquiéter) et que je ne m'en rende pas compte. Au total, je n'ai pas dormi et j'ai eu encore plus peur des turbulences!
A Paris, tu étais heureuse en attendant le vol qui nous emporterait vers ta nouvelle maison. Tu as voulu un paquet de chips (pour changer...) et tu les as choisi pimentés. Le vendeur a voulu te faire changer " ça ça va t'arracher la bouche" mais tu as résisté et maintenu ton choix avec un grand sourire et un petit dodelinement de la tête qui l'ont fait craquer ( en fait , même pour moi,  ils avaient juste un petit peu de saveur avec le piment, bien loin de loin de piquer autant que les plats pimentés indiens )

A l'arrivée à l'aéroport de Biarritz t 'attendaient ton dada et ta dadi, ainsi que Sandrine et Yvan. Tu as repéré " Sandrrrrrine" du haut de l'escalator car elle était venue avec un grand panneau de bienvenue et ton prénom en ballons dorés.



Tu leur as littéralement sauté dans les bras, toute à la joie de les (re)trouver enfin en vrai! Quel bonheur de te voir aussi radieuse, de sentir que tu étais si heureuse d'être attendue!
Tu es rentrée dans la maison, tu as vérifié que toutes les pièces étaient à leur place comme sur la vidéo, tu as contrôlé l'intérieur du frigidaire et de l'armoire de ta chambre.


 Puis tu as ramené ton gros nounours dans le salon pour t'allonger dessus et voilà, tu étais chez toi, c'était aussi facile que ça!






mercredi 28 novembre 2018

paperasserie et petites tracasseries indiennes

Comédie dramatique en trois actes :


Si tout se passe bien , la séquence se déroulant à Delhi -passeport visa exit permis-  va nous prendre une dizaine de jours et nous pourrons faire à nouveau un peu de tourisme à la fin de notre séjour en attendant l'avion de retour. 
(*ahaha! la bonne blague, ne jamais croire que tout va marcher comme sur des roulettes!! )

Acte 1 le passeport
 le 1 novembre, en allant récupérer papa à l'aéroport,  nous déposions l’ordre écrit du jugement originel et ton nouveau certificat de « naissance «  à Delhi pour qu’ils soient apostillés. Je précisais oralement puis par écrit à notre interlocuteur ( et aux responsables de notre association) que ces papiers devaient être renvoyés à Mathura pour que nous puissions les avoir pour notre rdv à l'office des passeports  prévu le 13/11 et qu’au moindre doute ils ne les envoient pas et que nous viendrions les chercher nous même pour aller faire le passeport.
(*ahaha! la bonne blague, ne jamais croire que tout va marcher comme sur des roulettes!! )

  Évidemment,  ils n’étaient pas arrivés le jour de notre départ !
Nous avons donc été faire le passeport avec une copie de chaque document plus un papier arrivé la veille de notre départ truffé de fautes ( certificat de conformité de la CARA, organisme qui gère les adoptions en Inde) : chole ( plat à base de pois chiche en Inde qui certes est un de tes mets favoris) à la place de Chloé, ton 2ème prénom et pas mon nom d’épouse sur ce document...


Donc nous voilà à l’office des passeports, heureusement avec Vishaal  le responsable des adoptions et Madame , son officier et officiellement la directrice de l'orphelinat. Nous attendons 2 heures dans la salle d’attente puis  nous sommes reçus.
Au début il pensait nous renvoyer en nous demandant de revenir avec tous les documents en règle.
Mais comme nous , ( mais surtout ses collègues fonctionnaires) , avions quand même fait 3h de route + 2 h d’attente , il a accepté de prendre ta photo et tes empreintes , d’attendre les nouveaux certificats corrigés de la CARA pour émettre le passeport et de nous le remettre 6 jours plus tard sur présentation de l’original du certificat de naissance.  ( arrivé bien entendu juste après notre départ à Mathura!!, nous convenons avec Vishaal d'un deal : il va nous les amener à Delhi sur son trajet en train de départ en WE  ). 




 Donc nous avons récupéré les documents apostillés trois jours plus tard: nous avions un petit peur de rater Vishaal entre ses 2 trains , lui ne pouvant nous donner une heure que très approximative d’arrivée ( qui au final s’est avéré être l’heure à laquelle il a quitté Mathura, il est donc arrivé 3 h plus tard) . Nous pensions le voir pour la dernière fois de ce séjour (*ahaha! la bonne blague, ne jamais croire que tout va marcher comme sur des roulettes!! ) et le remercions chaleureusement pour son aide au cours de notre séjour. Il a l'air sincèrement ému.


Par contre, la CARA n’ayant pas fait les corrections nécessaires en fin de semaine comme elle s'y était engagée, nous avons donc pris le taureau par les cornes le lundi , jour où nous sommes supposés récupérer le passeport : nous y sommes allés le matin et avons fait faire les corrections nécessaires. 1h30 pour corriger chole à la place de Chloé et 1h de plus pour rajouter mon nom d’épouse sur un document....
puis 1h25 de voiture pour amener tout ça à l’office de passeport.
On attend , forcément...vérification , c’est tout bon !  on va pouvoir repartir avec le passeport comme on nous l'avait promis?
(*ahaha! la bonne blague, ne jamais croire que tout va marcher comme sur des roulettes!! ) 
 ok le passeport vous sera envoyé ...d’ici la semaine prochaine , à Mathura !!!
Hein ??? mais on nous avait dit qu’on l’aurait aujourd’hui ?!
C’est la procédure ( qui est sûrement très régulièrement contournée mais là c’est pas de bol, on est tombé sur un fonctionnaire ultra respectueux de la procédure). Après 1 heure d’attente supplémentaire, nous rencontrons l’officier supérieur qui reste inflexible, même quand je craque dans son bureau  : le passeport sera envoyé à Mathura la semaine prochaine. On a beau parler du fait que ça fait 8 h de route aller retour, que l’on ne va pas pouvoir obtenir les visas dans les temps, que notre avion est le 29/11 au matin,  nous sommes tombés sur l’abruti de service ( parce qu'on sait qu'ils l'ont déjà fait ce que nous leur demandons de faire, c'est à dire au pire envoyer le passeport à Delhi situé à 15 km de Ghaziabad ou nous laisser venir le récupérer sur place dès qu'il sera prêt).


On repart à la CARA, et on leur demande d’intervenir: je fais un merveilleux numéro d’équilibriste en anglais pour qu’ils s’impliquent puisque si leurs documents avaient été corrects et / ou envoyés dans les temps , on en serait pas là.
Ils téléphonent à l'office des passeports et nous affirment que le passeport a déjà été émis et envoyé à Mathura.

(*ahaha! la bonne blague, ne jamais croire que tout va marcher comme sur des roulettes!! ) 
En fait ils nous racontent n'importe quoi, le passeport sera déposé le lendemain à 16H30 à la poste , le trakking de la poste faisant foi. 
Et comme le mercredi c'est férié, on a aucune idée de l'endroit où se trouve le passeport avant le jeudi matin: je découvre jeudi à 07H du matin qu'il est arrivé dans la nuit à Mathura.  .
 Je n'ai plus qu’à me taper 4h de route le jour même pour pouvoir honorer notre RDV pour le visa à l' ambassade vendredi. Tu restes seule avec Papa et je pars à Mathura.  J'y arrive à 13H, Vishaal n'est évidemment pas dans son bureau, je vais y attendre 1H30 avant de voir Vishaal se pointer: le passeport vient d'arriver. OK mais où est-il? à l'orphelinat? je peux aller le chercher? non je ne peux pas ? on va nous l'amener ici? Ok , j'attends 20 minutes de plus, finalement Vishaal , après avoir passé 4 coups de fil, me demande de l'accompagner à l'orphelinat pour le récupérer!! 
Mais je n'ai même pas le droit de rentrer dans l'orphelinat dire bonjour! 
Bon je vais pas me fâcher, j'ai ton passeport, et j'ai encore la route du retour à faire, et tout le formulaire de demande de visa à remplir et imprimer pour notre rdv du lendemain.


Acte 2; le visa
Cet acte est assez rapide : on va à l'ambassade avec Ashok , on poireaute juste une demi-heure,  on y est reçu, on dépose notre dossier complet , le responsable avec qui nous avions rdv n'est pas là mais comme on insiste sur le fait que nous devons obtenir le visa le lundi, le personnel nous affirme qu'ils vont lui envoyer un mail à domicile. Ça sera fait , on est informé par Mme D le samedi que la demande de vérification de notre dossier a bien été faite auprès de la MAI ( mission adoption internationale , organisme français qui vérifie que toutes les adoptions internationales sont faites selon la convention de La Haye) et on passe un WE  ( presque) serein. 
 Lundi matin, je téléphone à l'ambassade, c'est OK, nous pouvons venir le chercher l'après midi même. 


Acte 3: l'exit permit. 
A peine sorti de l'ambassade, direction le service de l’immigration indienne: il nous faut obtenir l'exit permit, le droit de resortir du territoire indien avec toi, enfant d'origine indienne. D'abord, on repasse à l’hôtel puisqu'il nous faut pour l'exit permit un formulaire rempli par l’hôtel. On leur a demandé à midi, ça devait être fait 20 minutes plus tard (*ahaha! la bonne blague, ne jamais croire que tout va marcher comme sur des roulettes!! ).  A14H 30 , au moment de partir à l'ambassade, ce n'était pas prêt. On a donc convenu qu'on venait le récupérer sur le chemin. 
A priori ce n'est pas très compliqué: il y figure nos noms, prénoms, date de naissance, date d'arrivée à l’hôtel et numéro de passeport. Ça devrait être prêt. 
(*ahaha! la bonne blague, ne jamais croire que tout va marcher comme sur des roulettes!! )
Mais les formulaires sont bourrés d'erreur!! et comme ils faut tout retaper à chaque impression, ça prend une heure pour obtenir le fameux document.
On fonce au bureau de l’immigration. Juste devant, sur le trottoir,  un gentil monsieur a ouvert une office à ciel ouvert où il se charge de préremplir pour toi tous les formulaires nécessaires et de scanner et télécharger dans l'application dédiée les documents. A priori j'ai amené tout ce qu'on m'a dit d'amener (*ahaha! la bonne blague, ne jamais croire que tout va marcher comme sur des roulettes!!)  Eh non, il manque nos photos d'identité dont personne ne m'a jamais parlé. Heureusement, l’hôtel est à 500m, on a tout prévu même ça et donc on finit par remplir le formulaire. 
On rentre  dans l'office, on dépose notre formulaire, les copies des documents, et on nous dit qu'on recevra tout ça par mail demain à 18h. Méfiante, je demande si on ne peut pas venir le chercher directement....on me répond que je peux venir le chercher à 16H30.
Le lendemain matin, je téléphone à la CARA pour leur demander si ils ont bien reçu le mail de l'immigration visant à vérifier que ton adoption s'est déroulé selon la convention de la Haye. Ils l'ont bien reçu, ils sont en train d'y répondre.OK donc tout sera probablement prêt à 16H30.
(*ahaha! la bonne blague, ne jamais croire que tout va marcher comme sur des roulettes!!) 
16H30: J'arrive devant l'office, me heurte à un premier fonctionnaire qui ne veut pas me laisser rentrer en me montrant l'horloge et semble ne pas comprendre l'anglais ( quelle idée de mettre à l'entrée d'un bâtiment d'immigration une personne qui ne parle pas anglais, me direz vous.... En fait, cet empaffé parle très bien anglais dès que c'est une personne indienne qui s'adresse à lui, je le découvrirai plus tard en attendant, j'ai eu tout le temps de l'observer).
Je respire un grand coup, explique en hindi comme je peux et il me laisse passer. 
Je vais en souriant vers la personne qui a accepté gentiment notre dossier hier (mais hier j'étais accompagnée par un indien et mon mari , ce sont des détails qui comptent) , le salue bien poliment,  il relève la tête , pas un bonjour, pas un sourire, me pointe du bout du doigt le comptoir où je dois m'adresser. J'ai de la chance, il m'a répondu , parce que les travailleurs africains, il ne leur répond pas. Ou leur aboît dessus.
Je m'adresse au comptoir désigné, on me dit de m'asseoir. Je m’assoies donc, et j'attends. J'observe l'administration indienne au travail. Des mecs parlent et déconnent entre eux, mais refusent de répondre aux questions des étrangers, c'est à vomir comme comportement. 
J'attends mais je ne sais pas ce que j'attends: que quelqu'un se libère? s'occupe de notre dossier?  que notre dossier arrive en haut de la pile?
Au bout de 20 minutes, n'ayant pas eu de réponse à ma question posée initialement, ( avez vous bien reçu le mail de la CARA?) et me rendant compte que cette administration sera bientôt fermée si je dois aller le chercher moi-même, je m'adresse à nouveau au monsieur derrière son comptoir. Il demande à une jeune femme d'aller checker les mails pour chercher la réponse de la CARA. Elle disparait, revient 10 minutes plus tard, ne me dis pas un mot quand elle se réinstalle. Je lui demande ce qu'il en est "didn't receive" me dit elle. Mon coeur fait un bon, je rappelle la CARA; elle m'affirme qu'ils l'ont bien envoyé. Je le dis à la jeune femme, elle me dit "OK", elle quitte la salle à nouveau , elle revient " me dit à nouveau "didn't receive" je rappelle la CARA devant elle, et lui tend le téléphone pour qu'elle parle à la responsable de la CARA.
 Elles échangent 3 mots, elle dit "OK" raccroche ressort de la salle; je pense qu'elle est partie revoir; en fait, non elle vient de finir sa journée de travail et je la vois quitter l'office d'immigration sans un mot pour son collègue! 
Il est 17H30, ça fait une heure que je poireaute après un document pour une raison inconnue!! 
Je m'adresse de nouveau au type derrière le comptoir pour savoir ce qu'il en est " didn't receive the mail " me répond-il à nouveau. Là je rappelle la responsable de la CARA, lui passe directement sans même chercher à le convaincre de m'écouter. Il échangent trois phrases ensemble, "OK". I have to check my mail, me répond-il... en fait, aucun d'entre eux n'a vérifié jusqu'alors la bonne boite mail, celle sur laquelle le document a semble t'il été envoyé par l'office d'immigration à la CARA qui s'est contentée de répondre au mail! 
Il s'en va, en revient, semble ne pas vouloir me regarder! ne l'aurait-il pas reçu? je pose donc la question à nouveau... oui il l'a bien reçu, on va s'en occuper, je dois m'asseoir et attendre.

 J'attends, donc et observe à nouveau mon environnement. Deux africains sont aux prises avec l'un des fonctionnaires. Ils ont tous les documents demandés, ont gentiment et patiemment poireauté 2 heures parce qu'on leur a demandé d'attendre, ce sont fait passer devant par tous les gens qui ont insisté pour qu'on s'occupe de leur cas le et maintenant ce n'est plus l'heure, il faut qu'ils reviennent demain alors qu'ils travaillent!!!L'enfoiré fait semblant de ne pas comprendre leur anglais qui est très compréhensible. Je fais non de la tête sans même m'en rendre compte tellement cette situation m’écœure:  ce monsieur avec son racisme flagrant et son point orange entre les deux yeux marquant sa religion hindouiste sont l'incarnation de ce que j'exècre dans la vie, le rejet de l'autre et de la différence au nom de sa religion. Il croit que je lui témoigne mon soutien et quand les deux africains ont tourné le dos, me fait un clin d’œil. Là je lui montre clairement mon dégout pour ce qu'il fait en faisant un vrai non de la tête et une mimique d'incompréhension. Il éclate de rire, baragouine un truc en hindi et se repenche vers son ordinateur. 

18H15: Du coup le temps est passé, je suis appelée au comptoir 25, on me tend deux papiers, un pour Papa et un pour moi, je les vérifie , tout est ok, nous allons pouvoir rentrer enfin en France ma puce!!! 

Après cet ultime épisode aux prises avec l'administration indienne, un immense soulagement m'envahit, j'ai les larmes aux yeux en marchant vers l’hôtel pour vous retrouver et je repense au semaines passées ici. Une joie et une émotion profonde m'envahissent, j'ai hâte d'aller vous retrouver pour profiter de cette bonne nouvelle en famille!
J'ai aussi hâte de retrouver l'administration française!!!